Nouvelles

Vous y arriverez : Candy Palmater

La comédienne et communicatrice de radiotélévision Candy Palmater a donné un exposé drôle et inspirant devant les déléguées et délégués du CTC mardi matin. Elle a combiné des histoires tirées de sa vie personnelle et de son militantisme syndical pour donner un exposé stimulant dont l’auditoire aurait voulu qu’il ne s’achève pas.

Madame Palmater a mentionné à maintes reprises l’importance de la solidarité et le besoin soutenu des syndicats dans notre société. « Tant que mes consœurs ne gagneront pas autant que mes confrères… les syndicats seront nécessaires », a-t-elle affirmé. Elle a relaté son adhésion à un syndicat pour la première fois à l’âge de seize ans et sa participation à la syndicalisation de son premier lieu de travail chez Tim Hortons. Elle a appris la solidarité en tant que déléguée syndicale du Nova Scotia Government and General Employees Union (NSGEU) et elle est actuellement un fier membre d’Alliance of Canadian Cinema, Television and Radio Artists (ACTRA).

Elle a dit : « Si vous voulez incarner la solidarité, vous devez vous retrousser les manches et vous apprêter à vous faire dire que vous avez fait quelque chose d’offensant ».

Le deuxième thème de l’exposé de madame Palmater était plus personnel. Elle a parlé du besoin de s’aimer soi-même et de poursuivre ses rêves.

« Vous seul connaissez vos rêves », a-t-elle proclamé. « Vous êtes le seul maître à bord. »

Elle a traité des obstacles auxquels elle s’est heurtée à l’école, où on lui a dit « les gens comme vous n’ont pas de bons résultats à l’université ». En prononçant le discours d’adieu de sa promotion à la faculté de droit, elle a déclaré que ses professeurs « n’avaient aucune idée de quoi je suis capable ».

Elle a enchaîné en disant qu’il est déplorable que le monde indique aux gens qu’ils n’arriveront à rien de bon, qu’ils ne pourront pas réaliser leurs rêves ou qu’ils ne servent à rien.

Madame Palmater a dit en terminant : « Consœurs et confrères, vous devez vous aimer vous-même et vous pardonner et vous dire, quand vous regardez dans le miroir le matin, que vous servez à quelque chose… et que vous y arriverez! »

Haut de la page