Nouvelles

Rachel Notley et un conte de deux provinces

La Première ministre Rachel Notley dirige le premier gouvernement néo-démocrate de l’Alberta. Dans le discours qu’elle a prononcé pendant la 28e Assemblée générale du CTC, elle a décrit la victoire de son gouvernement et sa décision de suivre une ligne de conduite progressiste, par rapport à ce que font « les provinces des Prairies à l’est de l’Alberta ».

Le discours de madame Notley suivait un émouvant exposé et appel à l’action sur les femmes autochtones assassinées et portées disparues. Il a commencé par l’assurance suivante : « En Alberta, nous vous appuyons. Nous nous unirons à vous pour voir à ce que les femmes et les filles autochtones puissent mener une vie bien remplie et prometteuse sans peur en Alberta et l’ensemble du Canada ».

« Depuis le tout début, notre gouvernement a dû choisir de ne pas agir comme les gouvernements antérieurs en réduisant grandement les services sur lesquels comptent les familles », a-t-elle dit à la foule.

Elle a précisé que son gouvernement avait opté pour une ligne de conduite différente.

« Nous nous préoccupons et nous préoccuperons toujours avant tout de fonder nos décisions sur les gens ordinaires », a-t-elle ajouté.

Elle a comparé les politiques de son gouvernement à celles du gouvernement de la Saskatchewan et souligné que celui-ci a accordé une réduction d’impôt aux 10 % les plus riches des membres de la population, sabré dans les budgets de l’éducation et des soins de santé et comprimé la rémunération dans le secteur public. Tout cela, a dit madame Notley, pour équilibrer son budget 36 mois plus tôt que l’Alberta. « Au cours de ces 36 mois, nous allons rendre le coût de la vie plus abordable, créer des emplois et protéger des services vitaux. »

Elle a indiqué que son gouvernement a décidé plutôt de geler les frais de scolarité pour trois ans, de bâtir des écoles, d’améliorer les services de santé et de créer des places en garderie. Le cabinet de l’Alberta se compose majoritairement de femmes pour la première fois, et le gouvernement s’efforce de faire nommer plus de femmes aux conseils et aux comités de toute la province. Il s’est engagé à instaurer un salaire minimum de 15 $ d’ici 2018.

« Il peut sembler ennuyeux que nous visions la stabilité et la prévisibilité, mais cela signifie que nous avons résisté aux efforts faits pour que nous comprimions davantage la fonction publique. Nous respectons les conventions collectives de la fonction publique », a-t-elle déclaré au son des acclamations de l’auditoire.

Madame Notley a ensuite expliqué le plan énergétique de l’Alberta, soulignant que l’appui par l’Alberta du projet d’agrandissement du réseau pipelinier Trans Mountain, jumelé à des plafonds d’émission et à une taxe sur le carbone, créera des emplois en Alberta et dans l’intérieur de la C.-B. sans accroître les émissions.

Elle a félicité les militantes et militants syndicaux du travail qu’ils accomplissent pour améliorer le monde et instaurer une société prenant soin de tous ses membres et leur assurant un traitement équitable au travail.

« Je vois de la détermination. Je vois des gens courageux qui ne perdent jamais l’objectif de vue et qui travaillent inlassablement pour améliorer la vie des familles ordinaires », a dit madame Notley. « Je vois autour de moi des personnes qui savent fort bien que rien ne s’enseigne, ne se creuse, ne se plante, ne se soude ni s’assemble sans le dur travail de femmes et d’hommes tels que vous et que les braves femmes et hommes que vous représentez. »

Haut de la page