Nouvelles

L’équité ne nous sera pas donnée; il faudra la gagner : Guy Ryder

Guy Ryder, directeur général de l’Organisation internationale du Travail, a prononcé un discours enthousiasmant devant les plus de 3 000 déléguées et délégués à l’Assemblée générale du CTC lundi. Il a traité de l’évolution du monde du travail et de l’importance du mouvement pour la justice sociale en vue d’un avenir juste.

« Nous vivons dans un monde qui semble s’éloigner des idéaux de justice sociale. Cependant, ici au Canada – et grâce à l’appui du mouvement syndical – je suis optimiste au sujet de l’avenir de la justice sociale dans ce pays ». a déclaré M. Ryder. « Le Canada est l’un des rares pays qui transmettent un message différent. »

« L’équité ne nous sera pas donnée; il faudra la gagner », a-t-il ajouté.

M. Ryder a traité de l’importance de l’engagement politique et de la mise de l’avant d’un programme progressiste, non seulement au pays mais encore sur la scène internationale.

« Nous devons être bien conscients des dangers auxquels nous devons faire face. Nous devons nous élever au-dessus de la vague de nationalisme et de populisme qui déferle sur nous. Je sais que bon nombre d’entre vous surveilleront attentivement les élections en Colombie-Britannique. Mais de grâce pensez à ce qui se passe ailleurs dans le monde », a conseillé M. Ryder.

Il a indiqué qu’il y a plus de réfugiés qui franchissent des frontières qu’il n’y en a eu depuis la Deuxième Guerre mondiale. Il a félicité le Canada de sa réponse à la crise mondiale des réfugiés et dit que le Canada se distingue pour y avoir répondu honorablement, avec seulement quelques autres pays tels que l’Allemagne et la Suède.

« Le fait est que le reste du monde tourne le dos aux réfugiés », a-t-il affirmé.

M. Ryder a décrit un avenir juste comme étant inclusif et offrant des possibilités et l’équité à tous, et il a déclaré qu’un avenir juste doit être durable.

« Il doit être vert. Le mouvement syndical a rejeté le faux choix entre les emplois décents et la durabilité environnementale », a-t-il précisé.

Il a ajouté que les engagements pris par les gouvernements en matière de changements climatiques au cours de la COP20 à Paris doivent s’assortir d’un plan permettant de protéger les bons emplois et les collectivités qui en dépendent.

Haut de la page