Nouvelles

Angela Davis enflamme l’assemblée

Au son de la musique de la DJ Lissa Monet, les délégués et invités du CTC ont dansé à l’ouverture du Forum sur les droits de la personne placé sous le thème « Le pouvoir de perturber » tenu dimanche soir. L’animatrice Shelina Merani a demandé au millier de personnes présentes si elles étaient prêtes à perturber la soirée au moment où elle a présenté Marie Clarke Walker, vice-présidente exécutive du CTC, devant inaugurer le forum.

« Ouvrez les portes et laissez tout le monde entrer », a dit madame Clarke Walker en énumérant un nombre impressionnant de groupes communautaires et d’action sociale qui participaient au forum.

Hassan Yussuff, président du CTC, a rappelé à la foule : « Si nous ne nous respectons pas les uns les autres, comment pourrons-nous créer un monde meilleur ? ». Il a enchaîné en signalant que le système judiciaire a laissé tomber de très nombreuses personnes, y compris les femmes et les filles autochtones assassinées ou portées disparues.

« Quand nous nous donnons la main, nous pouvons accomplir des choses merveilleuses », a-t-il conclu avant de présenter la conférencière principale Angela Davis.

Une ovation debout a accueilli l’entrée en scène de madame Davis. « Je me considère comme une amie du mouvement syndical du Canada depuis longtemps », a-t-elle déclaré, « les mouvements importent et leur action peut porter loin ».

La lutte pour la justice raciale, la justice économique, la justice entre les sexes ne peut être efficace que si elle met les luttes des peuples autochtones au cœur de tous ses efforts », a indiqué madame Davis.

Elle a traité du besoin de revitaliser le mouvement syndical, soulignant que rien ne se produit dans notre monde sans la participation des travailleurs et travailleuses.

Elle a traité passionnément des femmes dans la société. « Nous vivons des moments historiques… les femmes s’élèvent ». Elle a exprimé des commentaires sur la puissante communauté des travailleuses domestiques noires aux États-Unis. « C’est aux femmes noires travaillant dans les foyers des Blancs… qui ont refusé de se laisser dénigrer dans les autobus… que nous devons la victoire. »

« Je propose que nous remettions en cause la hiérarchie du travail et l’idée que les personnes qui accomplissent le travail de reproduction – la cuisine, le nettoyage – n’importent pas vraiment. Parce que sans ce travail, aucun autre travail n’est possible. »

Au chapitre du recrutement syndical, elle a mis l’auditoire au défi de « syndicaliser les personnes non syndiquées » et de se demander qui sont ces personnes.

En dernier lieu, elle a mis les hommes présents au défi de « donner le pas à la lutte contre la violence et la misogynie ».

L’exposé d’Angela Davis a été suivi d’une discussion en panel sur les questions de droits de la personne à laquelle ont participé Casey Oraa, Danielle Dubuc, Jessica Burnie, Ronald Rousseau et Ainsworth Spence.

Haut de la page